Bienvenue sur le site Web de Schneider Electric

Bienvenue sur notre site Web.

Vous pouvez choisir un autre pays pour voir les produits disponibles ou vous rendre sur le Global website pour obtenir des informations sur l'entreprise.

Choisissez un pays ou une région

    • Default Alternative Text

      Smartlink chez Safran

    Réalisation le: Décembre 2017
    • Smartlink chez Safran

      Pour réaliser ses tableaux divisionnaires communicants, l’entreprise ATE a choisi l’interface Smartlink de Schneider Electric. Un choix vraiment différenciant, avec à la clé un gain considérable en temps de câblage

    Le site Safran de Gennevilliers s’équipe d’une trentaine de nouveaux tableaux divisionnaires. Ils sont assemblés par le tableautier ATE qui a gagné ce marché grâce à sa proposition d’y installer des interfaces de communication Smartlink de Schneider Electric pour assurer les remontées d’information, avec à la clé d’importantes économies de câblage.


    Lorsqu’il a reçu l’appel d’offres pour réaliser une trentaine de tableaux divisionnaires pour l’usine Safran de Gennevilliers, Emmanuel Poupart, le gérant du tableautier ATE, basé à Angers, n’a pas manqué de noter une spécificité importante du cahier des charges : faire remonter vers la gestion technique centralisée du site les informations sur l’état des disjoncteurs et les consommations d’énergie, d’une part, et permettre de piloter les éclairages à distance, d’autre part, pour les éteindre tous en même temps, le soir, au départ du personnel.

     

    Le tableautier devient prescripteur d’une solution innovante

     

    Plusieurs entreprises étaient dès le départ engagées dans ce projet : l’équipementier aéronautique Safran, en tant que client final, qui voulait sécuriser la distribution électrique de son usine, faciliter sa maintenance et maîtriser sa dépense énergétique ; l’installateur Altelec, qui avait remporté le marché global de la réalisation sur site ; et le fournisseur de la GTC vers laquelle devraient converger les informations. Restait à choisir le tableautier pour assurer le montage des armoires.

     

    Comme l’explique Emmanuel Poupart, « si l’on restait en technologie traditionnelle, la demande de Safran allait conduire Altelec à devoir tirer des kilomètres de câbles multi-fils, puisqu’au total il fallait connecter un à un près de 600 contacts OF/SD de disjoncteurs à la GTC, sur un site de 15 hectares. Quant au fournisseur de cette GTC, il devrait ajouter une dizaine de cartes à l’automate de supervision pour accueillir tous les contacts. D’où ma proposition : créer une boucle de communication Modbus qui relierait les armoires entre elles et se terminerait sur une seule carte de l’automate de supervision. Ce qui était possible en équipant les tableaux avec des interfaces Smartlink de Schneider Electric ».

     

    Des parties prenantes vite convaincues

     

    Avec la proposition d’ATE, le budget « tableautier » restait sensiblement le même, car le coût des Smartlink, au nombre de 55, allait être compensé par une simplification du câblage interne aux tableaux. En revanche, l’installateur et le fournisseur de la GTC allaient réaliser des économies substantielles, en câblage pour le premier, en paramétrage de l’automate pour le second.

     

    Ni l’installateur, ni le client final, ne connaissaient Smartlink. Mais ils ont rapidement été convaincus en consultant la documentation remise par ATE. Ce qui a permis à celui-ci, qui était le seul à proposer une solution avec bus de communication, de remporter l’affaire.