• Default Alternative Text

    La Seine-et-Marne adopte la borne de recharge EVlink

    Réalisation le : 10 Juillet 2015
    • La Seine-et-Marne adopte la borne de recharge EVlink

      D’ici fin 2015, plus de 150 communes de Seine-et-Marne disposeront d’une borne de recharge pour véhicules électriques. Une action menée sous la houlette du Syndicat des Energies de Seine-et-Marne qui a choisi comme partenaire pour ce projet l’installateur Inéo et comme solution technique la borne EVlink de Schneider Electric.

      « Je suis de ceux qui pensent que le véhicule électrique est nécessaire pour réussir la transition énergétique. Dans une trentaine d’années, il existera probablement d’autres solutions alternatives au diesel mais, pour l’instant, la voiture électrique est à mon sens une phase transitoire obligatoire », déclare Pierre Yvroud. Et le président du Syndicat des Energies(1) de Seine-et-Marne (SDESM) également maire de La Rochette, de poursuivre : « Si les élus n’ont pas la volonté politique d’initier une démarche de maillage des territoires et de déploiement de bornes de recharge, il est évident que le taux d’équipement en véhicules électriques restera marginal. Aujourd’hui la voiture propre présente tous les avantages pour effectuer les déplacements entre le domicile et le lieu de travail. Il suffit de mettre en place suffisamment de bornes de recharge, distantes d’une vingtaine de kilomètres maximum. Ce sera le cas en Seine-et-Marne d’ici fin 2015. »


      Un premier pas vers la transition énergétique

      Moitié urbain, moitié rural, avec une forte dépendance aux lignes de RER A et E, la Seine-et-Marne se prête parfaitement à la mobilité électrique. Fort de sa volonté de s’inscrire dans la transition énergétique, le SDESM s’est engagé dans une démarche volontariste : il a proposé aux 437 communes membres du syndicat, moyennant une participation de 1000 euros, d‘installer une borne sur voirie. Plus de 150 d’entre elles ont adhéré au projet, parmi lesquelles Villeneuve-sur-Bellot, 1200 âmes, et un maire résolument tourné vers le développement durable. « Le fait d’avoir une borne sur la commune peut inciter les habitants à s’équiper de véhicules électriques. Si les pouvoirs publics ne donnent pas l’élan, c’est sûr que ça ne fonctionnera pas. A notre petite échelle, nous pouvons agir pour la planète. Lorsque le SDESM nous a proposé d’installer cette borne, nous avons immédiatement répondu favorablement. Il faut bien qu’il y ait des précurseurs pour qu’ensuite le dispositif se développe au niveau national », explique Jean-Claude Laplaige.


      EVlink : la solution 100 % conforme aux exigences du SDESM

      Ce projet a, bien sûr, fait l’objet d’un appel d’offres et c’est la société Inéo qui a été choisie pour l’installation, la mise en service et la maintenance des bornes, sur la base d’un dossier constitué en partenariat avec Schneider Electric, seul constructeur capable d’offrir une solution répondant à l’ensemble des exigences formulées par le syndicat. Ce sont donc des bornes EVlink 22 kVA qui vont être installées en trois phases dans les communes de Seine-et-Marne, toutes identiques, logotypées selon le cahier des charges du SDESM et comportant un emplacement réservé pour inscrire le nom de la commune. Chaque borne comporte deux points de charge et est dotée d’un système qui adapte la puissance de charge en fonction du type de véhicule.

      A terme, une fonctionnalité sera ajoutée pour permettre de faire de l’abaissement de puissance en cas de pic de consommation. Ceci afin d’éviter des investissements pour le renforcement des réseaux électriques.


      Une borne communicante

      « La borne EVlink cumule performance électrique, robustesse mécanique, résistance anti-vandalisme, et protocole de communication avec un superviseur, énumère Olivier Gobaut, responsable du service Energie du SDESM. Cette dernière caractéristique est essentielle car, dans le cadre de notre maillage, nous ne gérons pas les bornes de manière individuelle mais de façon centralisée : toutes les informations remontent vers le système de supervision Sinnovia d’Inéo. Un dispositif qui présente plusieurs intérêts : pour l’exploitant, la possibilité de vérifier l’état et le fonctionnement des bornes, de planifier leur maintenance et d’optimiser leur utilisation ; pour l’usager, la possibilité de réserver une borne ou de vérifier la disponibilité de la borne la plus proche sur son smart phone ».


      … et universelle

      Autre élément différenciant et décisif dans le choix final, la borne voirie EVlink de Schneider Electric est universelle, donc parfaitement interopérable avec les autres systèmes du marché : ceux des opérateurs d’auto-partage (comme Bluecar de Bolloré), comme ceux mis en place dans d’autres communes en Seine-et-Marne et ailleurs en région parisienne. Ainsi, si un automobiliste est enregistré sur un autre réseau à l’autre bout de Paris, il peut utiliser la borne EVlink sans devoir s’enregistrer. « Il était nécessaire que notre borne parle le même langage et puisse accepter d’autres cartes que celle de notre réseau afin que le maillage devienne une réalité à l’échelle de plusieurs territoires », conclut Olivier Gobaut.

      (1) Les syndicats d’énergie gèrent le réseau ERDF et l’éclairage public, assurent la maîtrise d’ouvrage des travaux d’enfouissement des réseaux, accompagnent les collectivités dans leur démarche de transition énergétique.