• Default Alternative Text

    Une infrastructure haute technologie pour le Centre de Calcul de l’IN2P3

    Réalisation le: 20 Octobre 2011
    • Une infrastructure haute technologie pour le Centre de Calcul de l’IN2P3

      Le Centre de Calcul de l’IN2P3 vient d’inaugurer une nouvelle salle blanche pour héberger son activité de calcul scientifique. Cette salle a pour mission defournir des moyens informatiques aux expériences de la physique des hautes énergies. A l’issue d’un appel d’offres, le Centre de Calcul de l’IN2P3 a choisi de travailler avec Schneider Electric comme interlocuteur unique, capable de maîtriser les aspects énergétiques, informatiques et climatiques, tout en s’inscrivant dans une démarche de développement durable.

      Depuis sa mise en service, en mai 2011, le nouveau Centre de Calcul de l’Institut National de physique nucléaire et de physique des particules (CC-IN2P3), implanté sur le campus de la Doua à Villeurbanne, est l’un des plus performants au monde. Après avoir augmenté la capacité de son ancienne salle jusqu’à 1,6 mégawatt informatique, cette unité de recherche fondamentale du CNRS a entrepris de bâtir un second bâtiment capable d’accueillir ses besoins de façon évolutive. 

      « Pour accompagner les travaux de recherche des astrophysiciens du CERN, en particulier l’exploitation des données de l’accélérateur LHC, nous étions obligés de doubler nos puissances de calcul tous les ans et, par conséquent, d’augmenter les ressources informatiques associées, explique Xavier Canéhan, responsable de l’urbanisation des salles informatiques du CC-IN2P3. Nous avions besoin d’une salle d’un niveau de distribution électrique et d’une qualité de distribution climatique irréprochables. » 

      Des technologies avancées, un interlocuteur unique 

      En amont du projet, le CC-IN2P3 s’est tourné vers le bureau d’études Cap Ingelec Lyon pour l’accompagner dans la conception et la réalisation de cette nouvelle salle. « Nous avons recommandé la solution InfraStruxure d’APC by Schneider Electric, explique Marc Boyer de Cap Ingélec. Celle-ci repose sur des allées chaudes/froides avec confinement thermique et une climatisation de précision. En refroidissant au plus près des baies informatiques, l’efficacité est accrue. Le bénéfice majeur dans cette nouvelle salle est l’efficacité énergétique au niveau des serveurs. Le Centre de Calcul dispose désormais d’un système moderne, flexible et modulaire. » 

      En optant pour Schneider Electric, le CC-IN2P3 a pu compter sur un interlocuteur unique, capable de répondre à la fois sur la partie climatisation et hébergement informatique, et sur la partie électrique avec la fourniture d’un courant disponible et sécurisé. 

      Un Centre de Calcul évolutif 

      Outre la partie calcul, la nouvelle salle, d’une superficie totale de 950 m2, a été conçue pour héberger d’autres types d’applications. Une deuxième tranche d’aménagement, comprenant l’installation de serveurs applicatifs et de stockage, est prévue en 2013. Le niveau de redondance sera alors augmenté au niveau des onduleurs et de la climatisation. 

      Recycler l’eau chaude provenant de la climatisation

      « Dans le cadre du projet, explique Victor Cardoso, qui a suivi cette réalisation pour Schneider Electric, le CC-IN2P3 s’est engagé à redistribuer aux autres bâtiments du campus de la Doua l’eau chaude issue de la climatisation. Une façon originale de réduire son PUE (Power Usage Effectiveness). » Cet indicateur sert à mesurer l’efficience énergétique d’un datacenter. Il est calculé en divisant le total d’énergie consommée par le total d’énergie utilisée par l’équipement informatique (serveur, stockage, réseau). Le résultat est supérieur ou égal à 1, l’idéal étant de se rapprocher le plus possible de 1. « Avec un PUE de 1,46 aujourd’hui, l’objectif à terme est de pouvoir atteindre 1,1, confirme Marc Chumiento, coordinateur technique du nouveau bâtiment du CC-IN2P3. Pour cela, nous pensons augmenter la température dans la salle en passant de 18 à 23 degrés. En redistribuant l’eau chaude, le PUE diminuera encore. Nous mesurerons alors en ERE (Energy Use Efficiency) car une partie de l’énergie consommée sera transformée, pour chauffer des restaurants d’entreprises par exemple. » 

      Le CC-IN2P3 mesure déjà les bénéfices de sa collaboration avec Schneider Electric : « On a pu voir l’efficacité de la solution InfraStruxure dans la conception et la réalisation du projet. Le fait de communiquer avec un interlocuteur unique nous a permis de développer des relations privilégiées », explique Pascal Trouvé. Et le responsable des Services Généraux de conclure : « Maintenant nous pouvons nous positionner avec Schneider Electric dans une approche de développement du site en adaptant l’architecture aux nouveaux besoins et réussir la montée en puissance de la salle et son adaptation permanente. »