• Default Alternative Text

    Airbus Helicopters signe un contrat de performance énergétique

    Réalisation le: 30 décembre 2014
    • Airbus Helicopters signe un contrat de performance énergétique

      Le groupe Airbus a lancé en 2010 un programme d’amélioration de l’efficacité énergétique de ses sites. Toutes les filiales sont concernées, notamment Airbus Helicopters à Marignane, premier hélicoptériste mondial. Parmi les activités particulièrement énergivores de ce site figure un data center qui fait l’objet d’un contrat de performance énergétique signé avec Schneider Electric. Objectif : 34 % d’économie d’énergie.Le data center d’Airbus Helicopters à Marignane abrite une grande partie des applications des filiales du groupe Airbus mais aussi celles destinées aux clients d’Airbus Helicopters dans le monde entier. Il s’agit donc d’une infrastructure très stratégique, implantée sur un site classé secret défense.

      Le data center d’Airbus Helicopters à Marignane abrite une grande partie des applications des filiales du groupe Airbus mais aussi celles destinées aux clients d’Airbus Helicopters dans le monde entier. Il s’agit donc d’une infrastructure très stratégique, implantée sur un site classé secret défense.

      Mis en service en 1991, ce data center couvre une surface de 4 200 m² dont 2 600 m² consacrés aux installations informatiques. Il fonctionne 24h/24, tous les jours de l’année, et représente 8 % de la consommation électrique annuelle du site de Marignane. Un chiffre qui, si rien n’était mis en œuvre, risquait d’atteindre 14 % en 2020. D’où la nécessité d’engager une démarche d’efficacité énergétique. Il a donc été décidé que d’ici 2015, ce data center, au même titre que tous les autres au sein du groupe, devait être rénové et son PUE(1) cible significativement réduit.

      Objectif : 34 % d’économie d’énergie

      « Il était essentiel de travailler sur l’éco performance de ce data center mais en tenant compte de ses caractéristiques : le fait qu’il date de plus de vingt ans et qu’il fonctionne de façon ininterrompue, explique Nathalie Beauvois, en charge du projet Save Energy chez Airbus Helicopters. Nous devions en effet garantir la continuité de service pendant la phase de rénovation et disposer d’une garantie de résultat. C’est pourquoi nous nous sommes adressés à Schneider Electric, le seul acteur sur le marché qui acceptait de signer un engagement de performance énergétique, et le seul acteur capable de faire dialoguer le monde informatique et celui des utilités – production de froid et alimentation en énergie du bâtiment. Nous avons donc signé un CPE (contrat de performance énergétique) avec pour objectif d’atteindre un PUE de 1,85, soit 34 % d’économie d’énergie, sans arrêter l’activité ni toucher à l’infrastructure IT. »

      Mesurer les consommations pour cibler les actions d’amélioration

      Pour parvenir à ce résultat, Schneider Electric a d’abord déployé une vingtaine de compteurs pour mesurer la consommation d’énergie dans chaque pièce informatique. L’analyse de ces données a permis de mettre en évidence des points d’amélioration et d’initier des actions d’efficacité énergétique.

      80 % des opérations de renouvellement d’air dans les salles informatiques ont ainsi été supprimées car jugées inutiles : grâce à des détecteurs de présence, ce renouvellement ne s’effectue désormais que lorsqu’il y a présence humaine.

      De même, la chaudière à gaz, qui servait essentiellement à la déshumidification de l’air dans les salles informatiques et qui assurait le chauffage de confort des opérateurs, a été arrêtée. Désormais cette tâche est assurée par un système de récupération de chaleur, les calories dégagées par les ordinateurs sont injectées dans les salles où se trouvent les opérateurs.

      Une réussite emblématique

      Les objectifs inscrits au CPE sont donc atteints. Pour Schneider Electric comme pour Airbus Helicopters, ce projet est emblématique dans la mesure où il permet de démontrer qu’il est possible d’améliorer de façon très significative la performance énergétique d’un data center datant de plus de vingt ans. De surcroit dans des régions chaudes (PACA), et dans un contexte présentant de fortes contraintes (continuité d’activité, site secret défense, etc.).

      Et il est possible d’aller encore plus loin. Schneider Electric a d’ores et déjà fait des propositions en vue d’atteindre un PUE de 1,39 soit 16 % d’économies d’énergie supplémentaires. Un projet qui repose principalement sur un réaménagement complet de l’infrastructure IT et sur la mise en œuvre d’une solution de free cooling. Des perspectives qui s’inscrivent parfaitement dans la philosophie d’Airbus Helicopters : « fabriquer toujours plus d’hélicoptères, tout en consommant moins ».

      (1) Le PUE est le ratio de l’électricité consommée par le bâtiment divisée par la consommation électrique spécifique du data center. Plus le PUE est proche de 1, plus le data center est performant.