Questions fréquentes (FAQ)

Poser une question

Quelles sont les généralités sur les essais des tableaux RM6 ?

Les principales généralités sur les essais des tableaux RM6 sont présentées ci-dessous:

  • Essai défaut interne :

Cet essai consiste à créer artificiellement un défaut de court-circuit et d'en mesurer les conséquences.
Dans les faits, les défauts internes sont très rares et peuvent provenir du réseau.
L'objectif recherché est d'éviter les projections et de mettre en danger un opérateur. Dans ce cas, la contrainte maximale sera également trouvée lorsque le volume sera réduit. C'est la raison pour laquelle les postes composés de 3 fonctions non extensible ont été testés.

  • Essai d'étanchéité :

Pour ce cas particulier, la contrainte la plus élevée sera atteinte sur une unité qui a le nombre le plus élevé d'interfaces entre la cuve et l'extérieur. C'est la raison pour laquelle l'essai est effectué sur un RM6 composé de quatre fonctions extensibles à droite (type RE-BIBI)

  • Tenue Thermique :

Le but de cet essai est de confirmer que le RM6 peut supporter un courant de court-circuit de 25 kA et durant 1 seconde (pour la performance 25kA-1sec) entrant par la première fonction, le jeu de barres et sortant par dernière fonction : fonction I.
Lorsque cet essai est réalisé en laboratoire, il s'effectue sans tension car cette caractéristique électrique est indépendante de la tension.

  • Essai de coupure :

Selon la norme CEI, cet essai assure que le RM6 peut établir et couper un circuit sous la tension nominale (12 kV) avec le courant nominal (630 A) et 100 fois.
Cet essai est entièrement indépendant du courant de court-circuit.

  • Essai de coupure disjoncteur :

Cet essai consiste à réaliser des coupures sous tension nominale avec un courant de défaut. La norme prévoit plusieurs cycles de coupure avec des valeurs de courant différentes. Cet essai ne dépend pas du volume. Il est donc réalisé sur des modules unitaires.

  • Essai du pouvoir de fermeture du sectionneur de terre :

Selon la norme IEC60129, un appareil calibré à 25 kA devra résister à 62.5 kA (2.5 x 25). L'essai se déroule en 5 fermetures successives sur le courant de défaut avec une première crête égale à 2.5 fois Icc et sous la tension nominale. 
La sévérité est entièrement dépendante de la tension de réseau parce que la distance de pré-amorçage dépend de la tension (correspondant à l'arc électrique créé lorsque la pièce mobile du commutateur de terre se déplace vers la partie fixe).

Tout le RM6 est conforme jusqu'à 62.5kA sous 12kV.

Cela vous a-t-il aidé ?
Que pouvons-nous faire pour améliorer l'information ?